› FOCUS

Traiter l’hypertension pour éviter les troubles de la mémoire et la maladie d’Alzheimer

Press Tv News - mercredi 17 décembre 2014 - Mis à jour le 12 novembre 2017

A l’occasion de la Journée Nationale de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (HTA), le 18 décembre, le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) présente les résultats de la dernière étude FLAHS 2014, réalisée par Kantar Health, sur l’hypertension artérielle en France. 30 % de la population française âgée de 35 ans et plus est traitée par un médicament antihypertenseur soit 12 millions de personnes ; ce chiffre n’a pas évolué depuis la dernière étude FLAHS en 2012. A noter que seulement 49% des hypertendus traités sont contrôlés, loin derrière l’objectif 2015 de traiter et de contrôler 70% de patients hypertendus fixé par le CFLHTA, la Société Française d’Hypertension Artérielle (SFHTA), la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie (SFGG) et la Direction Générale de la Santé (DGS).

Environ 1 personne hypertendue sur 2 est contrôlée par un traitement Aujourd’hui, 30 % de la population française, âgée de 35 ans et plus, est traitée par un médicament antihypertenseur. Ce chiffre n’a pas évolué depuis la dernière étude FLAHS en 2012. « 70% des hypertendus sont âgés de plus de 60 ans et la proportion des sujets très âgés augmente car la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires s’améliorent encore en France », explique le Professeur Xavier Girerd, cardiologue au CHU de la Pitié-Salpêtrière, trésorier du CFLHTA. Autre point marquant de cette étude FLAHS 2014 : 49% des personnes hypertendues et traitées sont contrôlées par une mesure à domicile, en France, en 2014. « Le contrôle tensionnel est plus que jamais un axe prioritaire pour améliorer l’état sanitaire de la population et atteindre 70% des hypertendus traités et contrôlés en 2015 », affirme le Professeur Jean-Jacques Mourad, hypertensiologue, Hôpital Avicenne-Bobigny, Past-président du CFLHTA.

L’hypertension artérielle, un des facteurs responsables des troubles de la mémoire Les résultats de l’étude montre que l’hypertension artérielle est l’un des facteurs responsables des troubles de la mémoire : le trouble de mémoire est observé chez 21% des sujets de plus de 75 ans et noté chez 34% des sujets ayant fait un AVC. La prise en charge et le traitement de l’hypertension artérielle peuvent réduire significativement le risque de survenue des troubles de la mémoire et de la maladie d’Alzheimer. « La baisse de la pression artérielle par un traitement hypertenseur peut réduire de 50% le risque de troubles de la mémoire, d’où l’intérêt de traiter l’hypertension en veillant à ce que la tension artérielle reste dans des valeurs normales », affirme le Professeur Olivier Hanon, chef de service de gérontologie à l’hôpital Broca, Paris, Président de la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie (SFGG).

D’autres facteurs directement impliqués dans les troubles de la mémoire et la maladie d’Alzheimer
L’hypertension artérielle n’est pas le seul facteur pouvant altérer les artères et augmenter les risques de survenue d’AVC, de pertes de mémoire et de maladie d’Alzheimer. Par exemple, la présence, entre 35 et 64 ans, d’une hypertension artérielle augmente le risque de développer la maladie d’Alzheimer de 61% ; d’un diabète de 46% et d’une obésité de 60%. « Dépister ces facteurs de risque vasculaire et les prendre en charge représentent, par conséquent, une action de prévention de « bonne santé cérébrale » », témoigne le Dr Bernard Vaïsse, cardiologue à l’hôpital de la Timone, Marseille, Président du CFLHTA.

« Quand l’hypertension fait perdre la tête », une campagne de sensibilisation destinée aux hypertendus
Pour les patients atteints d’hypertension artérielle, le lien entre leur pathologie, les démences et la maladie d’Alzheimer est peu connu. « Nous avons donc choisi de les sensibiliser à ce lien et de leur montrer le bénéfice du traitement de l’hypertension artérielle sur la prévention des démences », explique le Pr Jean-Jacques Mourad. Un livret d'information explique aux patients les répercussions d’autres facteurs à risque vasculaire tels que le diabète, le surpoids, le tabagisme ou encore l’inactivité physique sur le bon fonctionnement de leurs artères et de leur implication dans les troubles de la mémoire ou encore la maladie d’Alzheimer.

Retrouvez le livret « Quand l’hypertension fait perdre la tête » téléchargeable sur www.comitehta.org

Pour suivre l'actualité en direct → Inscrivez-vous dès maintenant !
Les autres publications « FOCUS »
Edito
Information et journalisme
BIENVENUE !

Le journalisme est d'abord l'acte de recueillir des faits, de les vérifier, de les agencer et de les publier. Or donc, les réseaux sociaux, c'est bien, mais un blog n'est pas forcément une publication tenue par un (e) journaliste ! Avec l'info disponible partout tout le temps la vérification s'impose, encore plus en matière de santé !
Nous voulons ici, vous proposer une sélection de reportages réalisés par des journalistes, oserais-je dire dans les règles de l'art !

Merci, et bonne visite !

Carla de Vaumas
Journaliste UPF
Correspondante à Montréal - Québec
Télécharger notre dernière édition
Copyright 1998/2019 © Presse Francophone - Tous droits réservés - Informations légales - Contact